Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Juridique et Cgt.

Juridique et Cgt.

En général, le juridique, les retraités, la Cgt, les transports urbains et autres transports dans les Alpes Maritimes.


Cheminots. Une combativité intacte

Publié par cgtrla sur 1 Juillet 2014, 18:56pm

Catégories : #Soutiens

Les cheminots ont bravé tous les oukases pour faire entendre leurs critiques du projet gouvernemental de réforme ferroviaire et leurs propositions alternatives. Ils n’ont 
pas l’intention de baisser la garde.

Dans une France qui vit sous la contrainte permanente de l’insécurité de l’emploi, des politiques d’austérité qui laminent le pouvoir d’achat, d’une pression idéologique de tous les instants pour inciter à la résignation, la mobilisation des cheminots a surpris. Il fallait en effet une sacrée dose de conscience et de lucidité pour résister à l’acharnement médiatique qui s’est déployé dès le premier jour de grève. Ainsi pour tenter de susciter la colère des usagers, les commentateurs ont feint dans un premier temps de ne pas comprendre les raisons de la grève. Comment la CGT pouvait-elle rejeter une réforme qui unifiait la SNCF, une réforme qu’elle appelait de ses vœux ? Pourtant le projet gouvernemental, qui proposait de passer de deux entités, la SNCF et RFF, à trois EPIC indépendants, pouvait laisser planer quelque doute sur l’objectif affiché.

Malgré une campagne inédite de dénigrement

La détermination et les explications des cheminots ont cependant permis de mettre en lumière les véritables intentions de la réforme envisagée. Deuxième tir de barrage au fil des jours de grève : les usagers pris en otages. Classique, direz-vous, mais encore efficace. Les sondages multipliés au pied des trains à l’arrêt auprès d’usagers privés de transport, assortis des unes de presse titrant sur la galère provoquée par la grève, poursuivaient le même objectif. Et, point sensible s’il en est, des jeunes lycéens « empêchés de passer les épreuves du bac ». Autre argument susceptible de décourager les grévistes eux-mêmes tout en suscitant la désapprobation de leurs collègues non grévistes : la minoration du nombre de salariés en grève. Une argutie qui n’est certes pas compatible avec la dénonciation de l’ampleur des conséquences de la grève mais qui veut donner des grévistes l’image d’une minorité isolée et jusqu’auboutiste. De là à les assimiler quasiment à des terroristes, des « talibans », c’est ce que n’a pas hésité à twitter le célèbre éric Woerth. Les usagers otages, les grévistes talibans…

Diviser pour passer en force

Opposer les usagers aux cheminots ne suffisant visiblement pas à susciter la colère des uns et à décourager les autres, au troisième jour de grève un pacte était signé entre les syndicats minoritaires qui ne participaient pas au mouvement, la CFDT et l’UNSA, et le ministère des Transports, sous le parrainage de la direction de la SNCF. Un pacte dit de modernisation, cela va sans dire… Le pacte avec les uns, la guerre aux autres.
Tandis que défilaient sur les plateaux de télévision des experts auto-désignés hostiles au mouvement de grève, les dirigeants des syndicats en lutte, la CGT et SUD-Rail, étaient soigneusement écartés, malgré leurs demandes répétées de débats contradictoires. Le dialogue social étant remisé aux oubliettes, la démocratie elle-même aura été mise à mal quand Premier ministre et président de la République ont appelé à cesser la grève, participant ainsi à la mise à l’index des syndicalistes et des salariés investis dans l’action.

Que, dans de telles conditions, le mouvement se soit développé durant deux semaines indique clairement que les cheminots étaient conscients et inquiets de la gravité des conséquences du projet gouvernemental pour le service public et leurs conditions de travail. C’est tout à leur honneur car tout aura été fait pour « enfumer » ­– un terme que l’on retrouve souvent par les temps qui courent – les salariés de la SNCF comme les usagers.

Une réforme en trompe l’œil

On connaît l’habileté des partisans de ce qu’ils appellent la « libéralisation » de l’économie. Un plan de licenciement est désormais nommé plan social pour l’emploi, le pacte de responsabilité passé entre le président de la République, le Medef et trois syndicats offre 50 milliards d’euros au patronat tout en l’exonérant de toute responsabilité dans la chute dramatique des emplois, le pacte de compétitivité instaure surtout une compétition entre les salariés en visant l’abaissement de la rémunération du travail considéré comme un coût, tandis que le coût du capital est ignoré…

La réforme du système ferroviaire prônée par le gouvernement et soumise au Parlement se pare de la même manière des meilleures intentions : « Renforcer et moderniser le service public. » On se demande bien ce que la CGT et SUD-Rail pourraient trouver à redire à une si belle ambition.
Mais, fort heureusement, les salariés ont fait l’expérience à maintes reprises du gouffre qui sépare les intentions affichées de la réalité des objectifs poursuivis. La CGT a décrypté dans le détail le projet de réforme et en a conclu qu’il ne vise certainement pas à renforcer le service public et pas non plus à le moderniser. Sous la contrainte budgétaire, il vise essentiellement à réduire le nombre de trains, de guichets, de lignes et de cheminots.

Pas de financement prévu...

L’autre caractéristique de la réforme est de n’être pas financée, ce qui laisse augurer les pires conséquences pour la maintenance d’un réseau ferré et d’un service aux usagers de qualité et encore moins de sa modernisation. Non, l’objectif est autre. Il s’agit de créer les conditions d’une ouverture au privé de la dernière grande entreprise publique du pays. Il s’agit de préparer la libéralisation du rail et d’inscrire la France dans l’axe libéral de l’Europe.
C’est donc tout le contraire d’une unification qui est en jeu dans la réforme ; elle instaure en fait un découpage destiné à faciliter la cession au privé des segments les plus rentables de notre système ferroviaire. C’est ce qu’ont bien compris les députés de droite, lors du débat à l’Assemblée nationale, qui ont déclaré que « la réforme du gouvernement constitue une première étape intéressante vers la séparation complète entre le réseau et le transport ». La lutte des cheminots a obligé le gouvernement à accepter un amendement qui donne aux trois EPIC un caractère « indissociable et solidaire ».

Un premier succès qui ne constitue cependant pas l’intégration et l’unicité de la SNCF. Si le débat à l’Assemblée nationale a donné lieu à quelques amendements positifs, les fondements du projet de démantèlement de la SNCF demeurent inchangés. Il n’est pas admissible que ce gouvernement et les nombreux médias qui ont couvert le conflit aient préféré stigmatiser les salariés engagés dans la grève plutôt que de les entendre.
Ce ne sont pas les « experts » de la Commission européenne qui ont pensé et construit le réseau ferré le plus fiable et le plus sûr au monde, c’est l’ensemble des salariés de cette grande entreprise publique. Ce sont eux les véritables experts.

Préserver un service public de qualité

Le mouvement des cheminots aura permis de soulever le voile sur les objectifs réels du projet gouvernemental et de mieux mesurer l’impact qu’aurait la réforme sur l’avenir du service public ferroviaire. Une réforme qui vise à libéraliser le rail français et à accentuer le désengagement de l’état sur l’aménagement ferroviaire du territoire.

La grève a certes gêné nombre de voyageurs pendant deux semaines, les grévistes en étaient parfaitement conscients et désolés, mais les dysfonctionnements constatés ces dernières années dans le trafic risquent fort de se multiplier, si d’aventure la réforme était mise en œuvre sans rencontrer d’opposition. L’un des mérites du mouvement des cheminots est bien d’avoir su alerter l’ensemble des usagers et les cheminots eux-mêmes sur les contenus du projet de réforme. Et préparer ainsi la défense du service public ferroviaire contre les dégâts de la privatisation et de la rentabilité financière appliquées à un service d’intérêt général. La CGT pour sa part a bien l’intention de poursuivre son action d’information et de défense du service public.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Articles récents