Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Juridique et Cgt.

Juridique et Cgt.

En général, le juridique, les retraités, la Cgt, les transports urbains et autres transports dans les Alpes Maritimes.


Accident mortel : le conducteur de tram relaxé - Nantes

Publié par cgtst2n sur 7 Octobre 2011, 08:41am

Catégories : #Juridique


Courte déclaration du conducteur relaxé, à la sortie du tribunal, hier. Pour réclamer une amélioration de la sécurité au passage du tramway.

 

Les juges ont écarté une peine requise de six mois avec sursis. À travers cette décision, c'est toute la communauté des conducteurs dans les transports publics qui respire.

 

Tension

14 h hier, à l'entrée du palais de justice. La quarantaine de conducteurs de bus et de tramway de la Semitan, venue soutenir l'un des siens, cache mal son anxiété. « C'est notre vie personnelle qui est en jeu », lâche un agent à voix basse. Dix minutes plus tard, la tension s'évanouit à l'énoncé du jugement : la relaxe de Laurent Pascal, chauffeur de tramway de 43 ans jugé le 1 er septembre dernier pour avoir tué un piéton de 90 ans qui traversait la voie, le 1 er septembre 2010, à Rezé.

Une puissante vague de soulagement déferle à la sortie de la salle d'audience. Quelques minutes ont suffi pour faire reculer le spectre d'un mouvement de grève généralisé dans les transports publics à l'échelle de la France, en cas de condamnation. « Tous les réseaux étaient dans l'attente de cette décision de justice », commente un représentant de la CGT.

 

getFileCA2KDTVNJurisprudence

« Une condamnation, c'était la perspective d'une mise en cause des conducteurs dans tous les accidents, commente un chauffeur. Cette jurisprudence aurait pu s'étendre aux autres secteurs d'activité employant des conducteurs. On a vraiment eu très peur... »

 

Lors de l'audience du tribunal correctionnel de Nantes, le procureur avait requis six mois de prison avec sursis. Il estimait qu'un ralentissement « aurait pu éviter le choc » et qu'il y avait bien eu faute de conduite. D'autant que la visibilité était bonne ce jour-là sur les voies, comme le montrait la vidéo de la caméra placée à l'avant du tram.

 

« Le salaire de la peur »

« On n'arrête pas un tramway comme une voiture, redisent les conducteurs de la Semitan, touchés eux aussi par le drame. Mais on ne se remet jamais de la mort d'un homme. » Et de repasser le film d'une journée ordinaire aux commandes d'une rame. « Quand vous faites Michelet aux heures de pointe, avec le lycée à proximité, il y a des centaines d'enfants au bord ou sur les voies, c'est particulièrement stressant et ça réclame une vigilance de tous les instants... » Pourtant, « en quatre heures de vacation sur un bus ou de trois heures sur un tram, impossible de décrocher... ».

Ce chauffeur chevronné parle d'une « décharge d'adrénaline à tous les carrefours ». Lui a jeté l'éponge : trop de stress et de nuits sans sommeil à l'idée de tous les usagers plus ou moins attentionnés qui déboulent sur les voies. Il compare ce métier au « salaire de la peur » ou à « la double peine » quand se produit une collision mettant le conducteur en cause.

Le tribunal de Nantes condamne néanmoins l'agent et son employeur, la Semitan, à payer au total environ 20 000 €, entre indemnités et frais de justice.

 

Ce jugement constitue « une épée de Damoclès » aux yeux des agents de la Tan. « Il fait prendre conscience des risques encourus lors de la collision avec un piéton, disent les syndicats dans une déclaration commune. Notre travail consistera à chercher les moyens d'augmenter la sécurité aux approches des tramways... » Entre autres solutions : « La baisse des vitesses commerciales ; un indicateur visuel sur les passages piétons indiquant l'arrivée d'un tram... »

 

 

 

Source OUEST FRANCE
Septembre 2011 -
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Articles récents