Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Juridique et Cgt.

Juridique et Cgt.

En général, le juridique, les retraités, la Cgt, les transports urbains et autres transports dans les Alpes Maritimes.


Il faut plus de dialogue social

Publié par cgtst2n sur 6 Janvier 2011, 22:02pm

Catégories : #Interprofessionnel

Pour 2011, les syndicats font le vœu d’un Sarkozy « plus à l’écoute des citoyens »

C’est dans un climat morose que Nicolas Sarkozy a adressé ses vœux jeudi aux partenaires sociaux.

Une cérémonie boycottée par la CGT et à laquelle toutes les organisations syndicales n’ont pas eu le privilège d’être conviées.

Toutes sont au moins unanimes pour souhaiter au Président davantage de dialogue social pour la nouvelle année. C’est une première.

La CGT, portée par son secrétaire général Bernard Thibault n’a pas assisté jeudi à la traditionnelle cérémonie des vœux du chef de l’Etat aux partenaires sociaux.

Raison avancée ? « L’intransigeance du côté du président de la République et le dédain à l’égard des positions syndicales » sur les retraites.

Même un coup de fil personnel de Nicolas Sarkozy n’aura pas suffit à faire revenir Bernard Thibault sur sa décision. Les autres organisations syndicales (NLDR : CDFT,FO,CFR-CGC et la CFTC) invitées ont répondu présent et accueillent différemment le boycott décidé par la CGT. « On va à cette invitation du Président comme tout républicain qui se respecte », explique Jacques Voisin, président de la CFTC. « On y va parce qu’on pense que c’est une question de respect de la République.

La légitimité du Président n’est pas contestable », estime Jean-Claude Malys, secrétaire national de la CFDT en charge des retraites.

Mais pas question de juger la décision de Bernard Thibault. « Je ne porte pas de jugement sur la position de la CGT », explique le syndicaliste.

Les syndicats non conviés prennent la parole Même sentiment du côté des organisations syndicales qui n’ont pas été invitées par l’Elysée car jugées non représentatives. « Compte tenu de l’état du dialogue social je comprends qu’une organisation décide de ne pas s’y rendre.

L’objectif est d’essayer de marquer les esprits », rapporte Bernadette Groison, à la tête de la Fédération syndicale unitaire (FSU), première organisation syndicale de l’enseignement. « Ça fait la troisième année où nous ne serons pas invités.

Ce n’est pas un très bon signe », souligne-t-elle au passage, regrettant l’absence de « vœux généraux adressés à toutes les forces vives de la nation ».

Du côté du syndicat Solidaires, on « comprend » et on « partage » la position de Bernard Thibault. « On ne peut pas faire comme si on sortait d’un conflit social normal », relève Annick Coupé, porte-parole de l’Union syndicale. « Faisons attention aussi de ne pas tout focaliser sur cette affaire de vœux », prévient-elle.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Articles récents