Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Juridique et Cgt.

Juridique et Cgt.

En général, le juridique, les retraités, la Cgt, les transports urbains et autres transports dans les Alpes Maritimes.


Un G20 pour rien,

Publié par cgtst2n sur 12 Novembre 2010, 17:47pm

Catégories : #Interprofessionnel

Un G20 pour rien, sauf pour Sarkozy Comme d'habitude, la réunion du G20 montre la vanité de l'espérance d'une gouvernance mondiale.

Notre Président fait mine de devenir le nouvel architecte d'un nouvel ordre monétaire mondial. Il n'a fait qu'épargner l'Allemagne et la Chine, qui préparent pourtant de douloureux lendemains au monde entier.

Un G20 pour rien, sauf pour Sarkozy
Ca y est. Il l’a sa présidence du monde. Ce vendredi 12 novembre matin, descendant de son tout nouveau « Air Sarko one » (l'avion présidentiel coûte la rondelette somme de 185 millions d'euros) , Nicolas Sarkozy n’a pas boudé son plaisir en héritant du bâton de chef du G20 pour un an.
On va voir ce qu’on va voir. Le chef de l’Etat incapable de trouver dans sa politique intérieure les ressorts d’un nouveau souffle pour la fin de son quinquennat, compte sur sa stature internationale pour se refaire la cerise. Mais le bâton dont il hérite aujourd’hui peut s’avérer plus proche du bâton merdeux que celui de maréchal.

Cette cinquième réunion du G20, fut en effet à l’image des précédentes. En pire. Rien n’y a été réglé, alors que les tensions entre les grandes puissances sont au plus haut. Après que les Etats-Unis ont injecté 600 milliards de nouveaux dollars dans l’économie monde, nombre de pays ont considéré cet afflux de billets verts comme le signe du déclenchement d’une guerre des changes, jusqu’alors larvée. 

Une guerre des changes doublée en réalité d’une guerre commerciale. Engluée dans un chômage de masse (10 % de la population active), appauvrie par la crise (42 millions d’américains mangent grâce à l’aide alimentaire fédérale), l’Amérique tente le tout pour le tout afin de se sortir de l’impasse. Et cette fois, le couple Bernanke/Obama respectivement président de la banque centrale et, depuis la victoire républicaine, président de pas grand chose, comptent redonner un coup de fouet au made in USA. Et il y a du pain sur la planche. Outre-atlantique, l’industrie n’occupe que 11% de la population active.

« Parce qu'elle s'appuie sur la dépréciation du taux de change, l'action des autorités américaines n'est pas sans effets sur les autres pays. Pour certains, cette décision est source d'inflation, pour d'autres de récession », expliquent dans une tribune aux quotidien Les Echos, les économistes Gérard Belet et Mathilde Lemoine. Aussi, pour les autres puissances, notamment les pays émergents exportateurs (Brésil, pays asiatiques) le coup est-il sérieux. Et leurs dirigeants n’ont pas manqué de le faire savoir aux intéressés. Parmi les plus remontés, les Allemands, premiers exportateurs mondiaux, ont jugé cette politique « dangereuse » et « irresponsable ».  De son côté, l’autre machine à exporter, la Chine, joue gagnant : sa monnaie, arrimée au dollar, suivra le billet vert dans sa descente, accentuant la surélévation du yuan. Situation que résume à merveille [Hubert Védrine dans le  talk du Figaro, l’ancien ministre PS des affaires étrangères: les Etats-Unis « gèrent leur monnaie de façon économique, mais aussi politique, la Chine qui la gère de façon carrément politique et la zone euro qui la gère de façon, disons, idéaliste. »

Qu’a donc compris Nicolas Sarkozy de cette situation bien complexe ? Pour sa première conférence de presse, le nouveau président du G20 a ainsi verbalisé l’idée qu’il se faisait de son mandat : 
« Il y a deux stratégies possibles. À mes yeux, il n y en a qu’une. La première consiste à se faire des reproches les uns aux autres. Les pays en excédant reprochant aux pays en déficit d’être en déficit. Les pays en déficit reprochant aux pays en excédant d’être en excédant. Cette stratégie conduit à l’ échec certain. Certain ! Absolument certain !
J’ajoute une remarque personnelle. Je ne vois pas comment on peut reprocher à un certain nombre de pays d’agir de façon unilatérale puisqu’il n’existe pas de système multilatéral. Donc ce qui compte c'est de poser les bases d’un système monétaire authentiquement multilatéral.
Et puis la deuxième solution, c'est, au contraire, essayer par le dialogue de rassembler tout le monde pour poser les base du système du 21e siècle. C'est très compliqué, c’est très difficile, il y aura beaucoup d’épreuves à surmonter mais la légitimité du débat n’est plus mise en cause par personnes. Et même mieux le G20 donne mandat à la présidence française d’avancer sur le sujet… On est bien loin du scepticisme qui régnait, il y a quelques mois… »
Voilà comment Nicolas Sarkozy a défini sa vision de son mandat d’un an de patron du G20.

On voit donc que, en pleine « guerre des monnaies », le président français reprend une antienne de la politique française internationale : «la mise en place d'un système monétaire international (…) Le président ne peut pas escamoter la question, c'est une vieille position française, droite et gauche confondue…», a ainsi rappelé Hubert Védrine.
Cet objectif, pour important qu’il soit, Nicolas Sarkozy croit donc en avoir reçu mandat lors de la passation de pouvoir entre la France et la Corée du Sud, présidence sortante du G20. Une lecture un peu hâtive du communiqué final des vingt pays les plus riches du monde. En effet, le texte reprend, quasiment mot pour mot, le communiqué publié à l'issue de la réunion des ministres des Finances du G20, fin octobre dernier.
Mais bon, la posture, gaullienne, est avantageuse... Et on a récemment vu Nicolas Sarkozy à Colombey les deux Eglises pour le quarantième anniversaire de Mon-Général, cherchant un improbable héritage. 

Mais surtout, Nicolas Sarkozy fait dans le politiquement correct en refusant de « faire des reproches ». Dès le début de son propos, il met de côté la question des déséquilibres commerciaux.
Etonnante démarche que celle-là. La guerre des monnaies n’est en réalité que la partie visible d’une confrontation plus profonde : la bataille pour l’emploi. Et derrière l'emploi on trouve évidemment la localisation des activités, et notamment la production des biens. En un mot, de l’industrie.
Les mots du chef de l’Etats visent, en réalité, à épargner la Chine, dont Nicolas Sarkozy craint désormais le poids. Mais surtout l’Allemagne. Tout comme l’empire du milieu, notre partenaire européen, avec qui nous avons en partage notre monnaie, a choisi un modèle de développement centré sur les exportations, au détriment de sa consommation intérieure. C’est cette question que Nicolas Sarkozy ignore superbement. 
Pourtant, même à Bercy, jusqu’à la puissante direction du Trésor, certains militent pour mettre ce sujet sur la table, et ne pas réduire les problèmes du monde aux seules questions monétaires. 
Pour eux, la résolution de la question monétaire ne peut constituer une solution pérenne puisqu’elle ne saurait à elle seule réduire les déséquilibres commerciaux de la planète.  
« Pour retrouver la maîtrise des équilibres économiques et de la souveraineté, une option est d'ériger des écluses régulant les mouvements du capital financier. L'alternative que doit à tout prix trouver le G20 est un accord multilatéral visant à rééquilibrer la croissance mondiale. Il consisterait en un nouveau plan de relance budgétaire aux Etats-Unis, en Allemagne et en Chine et en l'appréciation coordonnée des monnaies asiatiques. La stabilité mondiale en dépend », concluent Gérard Belet et Mathilde Lemoine.
La France, et l’Europe en général, aurait tout à gagner dans une telle configuration. Pas sûr que ce soit le chemin sur lequel nous entraîne le bâton du bon pasteur Nicolas Sarkozy
(Article de Marianne)
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Articles récents