Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Juridique et Cgt.

Juridique et Cgt.

En général, le juridique, les retraités, la Cgt, les transports urbains et autres transports dans les Alpes Maritimes.


Soutien à la camarade Ghislaine Joachim-Arnaud, Cgt Martinique

Publié par cgtst2n sur 6 Décembre 2010, 17:03pm

Catégories : #Soutiens

Communique de soutien du Collectif Bellaciao à la camarade Ghislaine Joachim-Arnaud, secrétaire générale de la CGT-Martinique

Conférence de presse. Lundi 6 décembre à 15 h 30. Salle Jean-Jaurès, à la Bourse du travail, 3, rue du Château-d’eau - Mo République

Le Collectif Bellaciao adresse son plus fraternel soutien à la camarade Ghislaine JOACHIM-ARNAUD, Secrétaire Générale de la CGT Martinique, dans le cadre du procès colonial que lui intentent les représentants des békés pour "provocation à la discrimination, à la haine ou à la violence, à l’égard d’un groupe de personnes".

La camarade JOACHIM-ARNAUD comparaîtra en première instance devant le Tribunal correctionnel de Fort-de-France le 15 décembre prochain.

Il y a dans ce procès un enjeu syndical et politique que nous ne pouvons pas ignorer, un enjeu d’extrême importance pour TOUS nos camarades et amis des Dom-Tom, d’abord.

Mais cela va bien au-delà, car derrière la camarade JOACHIM-ARNAUD, c’est le droit à la libre expression et la liberté de revendication de tout le mouvement ouvrier et syndical partout en France qui sont visés par cette plainte des békés.

Ce procès a pour objet, in fine, d’essayer d’obtenir de la justice qu’elle empêche nos camarades des Dom-Tom de dire l’Histoire, leur version de leur histoire, de leur dénier le droit de faire le lien entre colonisation et exploitation capitaliste dans cette région du monde, lien qui est pourtant une réalité incontestable (rappelons que, sans la colonisation, l’esclavage, la spoliation des richesses humaines et matérielles locales des colonies, sans "l’accumulation primitive du Capital", le Capitalisme n’aurait sans doute pas pu se développer ni croître comme il l’a fait. Il ne s’agit donc pas d’un détail dans notre combat).

Au-delà de la volonté évidente de criminaliser l’action et l’expression syndicales dans les Dom-Tom , c’est bien une tentative négationniste de refaire l’Histoire qui semble affleurer et qui nous concerne toutes et tous.

Ce procès voudrait faire croire que le combat des camarades martiniquais, et en l’espèce, de Ghislaine JOACHIM-ARNAUD, serait un combat de nature raciste et xénophobe.

C’est évidemment faux.

Personne dans le mouvement ouvrier ne saurait être dupe d’une telle escroquerie intellectuelle, et nous espérons que la justice ne se fourvoiera pas dans cette voie, car le béké ne désigne nullement "le blanc" en tant que tel mais bien le possédant, l’exploiteur, le descendant de colon.

La revendication de "les foutre dehors" est bien la revendication de se libérer de leur exploitation.

C’est donc un point de vue de lutte des classes, et non de lutte des "races", que défendent les camarades des Dom-Tom, contrairement à ce que veulent faire croire les poursuivants de Ghislaine JOACHIM-ARNAUD.

Les békés pourraient être jaunes, verts, violets...le problème avec eux, ce n’est pas leur origine ethnique, qui n’est au fond qu’un accident de l’histoire, mais bien leur nature de classe, de patrons, de profiteurs et d’exploiteurs.

C’est à ce titre que les travailleurs martiniquais en lutte revendiquent qu’ils s’en aillent, comme nous revendiquons en métropole que les patrons cessent de nous sucer la moelle et s’en aillent également!

Le discours du mouvement ouvrier n’a aucune connotation raciste en l’espèce.

La lutte est anticapitaliste et anticolonialiste.

De ce point de vue, quel Tribunal osera aller contre les condamnations unanimes du colonialisme par l’ONU, ou la CEDH ?

Laissera-t-on faire de l’anticolonialisme un racisme, quand il n’est que lutte de classe contre un des aspects originaires du capitalisme?

Aussi, il faut le dire, le répéter, le béké définit avant tout le représentant d’une classe, celle des possédants, et c’est à ce titre qu’il est visé dans l’expression politique des camarades martiniquais.

OUI, CE PROCÈS CONCERNE TOUS LES MILITANTS OUVRIERS PARTOUT EN FRANCE, CAR SI EST ACTÉE LA "CRIMINALISATION" DE LA DÉSIGNATION POLITIQUE, PAR UN SYNDICALISTE, DE L’ENNEMI DE CLASSE, AINSI QUE DE LA REVENDICATION DE "LE FOUTRE DEHORS", NOUS SOMMES TOUTES ET TOUS MENACES A L’AVENIR.

Peut-on laisser criminaliser l’incitation à la lutte contre l’ennemi de classe? Non.

IL FAUT SE BATTRE TOUJOURS CONTRE LA CRIMINALISATION DE NOS MOYENS DANS LA LUTTE DES CLASSES ET POUR LA LIBERTÉ ABSOLUE D’EXPRESSION POLITIQUE ET SYNDICALE.

La violence et la haine ne sont pas de notre côté, mais bien du côté des exploiteurs et des capitalistes, de tous temps et partout dans le monde.

SOUTENONS TOUS ET TOUTES GHISLAINE JOACHIM-ARNAUD. Votons des motions de soutiens dans nos syndicats et partis, participons aux conférences et aux manifestations, apportons une contribution financière aux camarades...

Paris, le 6 décembre 2010.

Le Collectif Bellaciao

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Articles récents