Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Juridique et Cgt.

Juridique et Cgt.

En général, le juridique, les retraités, la Cgt, les transports urbains et autres transports dans les Alpes Maritimes.


Agréssion

Publié par cgtst2n sur 1 Juin 2010, 18:50pm

Catégories : #Faits divers

 

Un chauffeur de bus frappé et mordu par trois passagères
Publié le jeudi 13 mai 2010 à 08H59 -
Les événements les plus anodins peuvent donner lieu à d'injustifiables déchaînements de violences. C'est ce qui s'est produit hier soir vers 20 heures sur la ligne 23. L'autobus roulait en direction de l'aéroport Nice-Côte-d'Azur et à hauteur du rond-point des Sagnes, à proximité du terminal 1, trois passagères ont manifesté la volonté impérieuse de descendre entre deux arrêts.

Mais le chauffeur, appliquant le règlement, a expliqué aux trois passagères qu'un stop sauvage était impossible et qu'aucune descente n'était autorisée entre deux arrêts. Face à ce refus, les trois jeunes femmes sont devenues très agressives. L'une d'entre elles s'est saisie de sa chaussure à talon et a asséné un coup au chauffeur qui conduisait et était concentré sur la route.

Ce dernier a été blessé au visage et a eu alors le réflexe de relever la vitre de sécurité en stoppant son véhicule. Mais les trois jeunes femmes en furie ont continué leur assaut. Le chauffeur a été encore agressé et mordu à la main. Pendant ce temps, l'alerte avait été donnée grâce aux systèmes de sécurité et un autre chauffeur a immédiatement secouru son collège en difficulté.

Une femme en furie interpellée

D'autres effectifs convergeaient au même moment vers le bus : c'est ainsi que la police municipale et la brigade mobile d'intervention du transporteur ont pu interpeller l'une des trois jeunes femmes qui se trouvait encore à bord du bus. Les deux autres passagères impliquées dans l'agression ont réussi à prendre la fuite. Le chauffeur âgé d'environ 35 ans a été dirigé par les secours vers les urgences de l'hôpital Saint-Roch.

Il y a reçu, hier soir, la visite ou des messages de réconfort de Benoît Kandel, premier adjoint, de Christian Estrosi, ministre-maire de Nice et de Michel Otto-Bruc, secrétaire général du syndicat CGT-ST2N.

Hier soir, ce dernier a insisté sur « la réponse rapide et efficace des autorités à tous les niveaux » tout en rappelant que « l'important dispositif de sécurité mis en place ne pouvait malheureusement pas empêcher toutes les agressions ».

En raison de l'efficacité de cette réaction, les traminots n'envisageaient hier soir aucune action et aucun arrêt de travail.

Avant cette agression, le syndicat CGT Transports avait planifié, pour le 17 mai prochain, une manifestation d'envergure sur l'avenue Jean-Médecin sur le thème de la sécurité (agressions, incivilités, utilisation intempestive des voies du tram).

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Articles récents