Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Juridique et Cgt.

Juridique et Cgt.

En général, le juridique, les retraités, la Cgt, les transports urbains et autres transports dans les Alpes Maritimes.


Salariés Européen

Publié par cgtst2n sur 9 Février 2011, 21:56pm

Catégories : #Interprofessionnel

logo cgtPour une convergence sociale dans l’intérêt de tous Depuis plusieurs semaines, le patronat notamment français qui a une présence forte dans Business Europe (organisation patronale européenne), ainsi que les gouvernements européens dont particulièrement celui de France mènent une opération fortement médiatisée sur le coût du travail.

Une étude réalisée par une association COE-REXECODE (proche du MEDEF) pour le ministère de l’Economie, des Finances et de l’Industrie a pour ambition de mettre un terme à la divergence de compétitivité entre la France et l’Allemagne.

Une autre étude de l’Ambassade de France en Allemagne : « une nécessaire convergence : contrainte ou opportunité ? » datant d’octobre 2010 prône pour cette convergence économique même si on y lit « Bien que l’Allemagne, selon l’OCDE, soit un pays plus inégalitaire que la France, et malgré une augmentation relative de la pauvreté due à la crise et au durcissement de l’accès à la solidarité sociale, le consensus social auteur de « l’économie sociale du marché », n’a guère été remis en cause. »

Il y a quelques jours la volonté du Président de la République française de « passer à une nouvelle étape, des mesures d’urgence aux mesures structurelles » à l’occasion du conseil européen n’augure rien de bon pour les salariés européens.

Le "pacte" envisagé prévoit que les capitales suivent des objectifs communs concernant les systèmes de retraites, comme le recul de l’âge de départ à la retraite si nécessaire et la politique salariale avec notamment la suppression de l’indexation des salaires sur les prix.

L’objectif que l’évolution salariale tienne plutôt compte de l’évolution de la productivité à la place de l’inflation est une nouvelle attaque en règle contre le monde du travail et serait un nouveau coup porté à l’ambition d’avoir enfin une Europe Sociale.

Il n’y aura pas de solution à la crise systémique que traverse l’économie européenne en accélérant encore plus la paupérisation, le précariat et les inégalités sociales. L’urgence est à revendiquer une autre répartition des richesses ; augmenter les salaires est dans cette période encore plus une urgence économique et sociale.

Le nombre croissant de salariés se mettant dans l’action dans les entreprises depuis le début de l’année atteste de la prise de conscience que d’autres choix sont possibles.

La mobilisation européenne des syndicats le 9 avril est pour la CGT à l’ordre du jour de notre calendrier revendicatif.

 

Montreuil, le 9 février 2011


Voir sur ce sujet le communiqué de la Confédération européenne des syndicats ci-dessous :

 

unis

L’UE risque l’affrontement avec l’Europe sociale et l’autonomie des négociations collectives En réaction au débat lancé aujourd’hui par le Conseil européen sur un prétendu « Pacte de compétitivité », la Confédération européenne des syndicats (CES) déclare avec force qu’elle ne peut tolérer que la compétitivité soit utilisée comme un alibi de plus pour intervenir dans les systèmes de négociations collectives partout en Europe.

La CES reconnaît le danger que représentent la réduction des salaires minimum et l’abolition des systèmes d’indexation des salaires dans quelques pays et qui pourraient bien n’être que le début d’un processus de sape des systèmes de formation des salaires et de la position de négociation des travailleurs et des syndicats à travers toute l’Europe.

La CES souligne que la concurrence salariale est un jeu à somme nulle : ce que certains gagnent à court terme est perdu par d’autres et, au bout du compte, l’Europe entière souffre car la demande diminue sur le marché interne.

Comme John Monks, Secrétaire général de la CES, l’a déclaré : « Il ne s’agit pas ici d’un pacte pour la compétitivité mais bien d’un pacte nuisible pour un niveau de vie en baisse, davantage d’inégalités et davantage de travail précaire.

C’est ignorer toutes les leçons de la récession actuelle ; les déficits publics et l’accroissement de la dette sont inévitables, et même souhaitables en temps de mauvaise conjoncture afin d’éviter que la situation ne devienne pire encore.

Au lieu de prévoir un frein à l’endettement dans les constitutions nationales, les pays seraient mieux inspirés d’y inscrire l’autonomie des négociations collectives et des partenaires sociaux comme cela est le cas en Allemagne. L’Europe risque la collision avec son modèle social et son principe fondamental d’autonomie des négociations collectives. »

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Articles récents