Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Juridique et Cgt.

Juridique et Cgt.

En général, le juridique, les retraités, la Cgt, les transports urbains et autres transports dans les Alpes Maritimes.


Les syndicats contre la remise en cause de l’emploi des fonctionnaires

Publié par cgtst2n sur 8 Janvier 2011, 21:57pm

Catégories : #Interprofessionnel

Des déclarations qui restent en travers de la gorge.

 

En remettant en cause l’emploi à vie des fonctionnaires, Christian Jacob, patron des députés UMP et ancien ministre de la Fonction publique a provoqué une levée de boucliers de la part des organisations syndicales.

 

Une remise en cause du statut que refuse Bernadette Groison (FSU), secrétaire générale de la première organisation syndicale de la fonction publique d’Etat.

 

Avez-vous été surprise par les propos de Christian Jacob qui s’interroge sur la « pertinence » de « l’embauche à vie des fonctionnaires » ?

J’ai été surprise par deux choses. D’abord, par le moment où ces propos de Christian Jacob interviennent puisqu’on s’apprête à ouvrir des discussions importantes sur la résorption de la précarité dans la fonction publique.

Je suis donc étonnée qu’on nous propose un recrutement sur contrat de cinq à dix ans.

La fonction publique ne peut pas fonctionner sur le système des contrats qui créent trop d’instabilité et de précarité.

Nous n’accepterons pas de remise en cause du statut.

Non pas parce qu’il constituerait un privilège mais parce qu’il représente une garantie de bon fonctionnement pour le personnel et les services.

Pourtant, Christian Jacob explique que ces contrats « permettraient de garantir des perspectives de carrière plus dynamiques et des expériences valorisantes »…

Ce statut a permis jusqu’ici à la fonction publique de fonctionner.

Je ne vois que des inconvénients dans la proposition de Christian Jacob.

Je crains qu’il y ait une manne pour essayer de gagner un peu d’argent public en investissant moins dans la fonction publique et en diminuant les services. Christian Jacob est quelqu’un qui connaît très bien la fonction publique. Il sait très bien de quoi il parle.

Mais je crois que c’est mentir aux personnels de dire ce qu’il dit.

La mobilité dans la fonction publique, il faut déjà qu’elle soit possible.

La mobilité, ce n’est pas seulement en parler, encore faut-il la faire.

Il faut une formation et un accompagnement des agents. Or, la mobilité choisie est très faible.

Et ce n’est pas le statut actuel de la fonction publique qui empêche la mobilité.

Après le gel du salaire des fonctionnaires, le non remplacement d’un fonctionnaire sur deux et le débat sur les 35 heures remis sur la table, comment percevez-vous la nouvelle piste de réflexion lancée par Christian Jacob ?

Il y a une réelle attaque contre la fonction publique à travers des mesures qui s’empilent les unes aux autres.

A la  FSU, on a lancé notre campagne sur les services publics parce qu’on a vu ce qui portait atteinte au fonctionnement des services.

On veut poser la vraie question de fond : qu’attendons-nous aujourd’hui de la fonction publique ?

Il faut poser la question des besoins et des objectifs.

Georges Tron, secrétaire d’Etat à la Fonction publique a pris ses distances avec le patron des députés UMP en considérant l’emploi à vie comme « une garantie du statut ». Ces déclarations vous rassurent-elles ? Il a été prudent et il a eu raison.

Cependant, le fait que ses déclarations interviennent la veille des discussions sur la précarité dans la fonction publique n’y est pas pour rien.

On attend de voir ce qu’il va nous proposer sur les recrutements dans la fonction publique.

Mais pour l’instant, les propositions du gouvernement en la matière sont très faibles.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Articles récents