Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Juridique et Cgt.

Juridique et Cgt.

En général, le juridique, les retraités, la Cgt, les transports urbains et autres transports dans les Alpes Maritimes.


Ambulanciers et élections dans les TPE

Publié par cgtst2n sur 14 Novembre 2012, 16:20pm

Catégories : #Fédération Transports

Dans le cadre de la campagne TPE CGT, en lien avec les élections sur la représentativité qui auront lieu du 28 novembre au 12 décembre 2012, les Fédérations des Transports et de la Santé CGT proposent une campagne d’information et de renforcement dans le secteur des ambulanciers privés avec, comme outils principaux, le tract « Appel au vote CGT dans les TPE », le Journal Ambulanciers « Spécial TPE » et le flyer de syndicalisation.
La CGT est l’organisation syndicale qui a toujours combattu et qui continue de le faire pour contester entre autres, la flexibilité du temps de travail, la notion du travail gratuit et les bas salaires.
La CGT est en pleine action sous différentes initiatives pour informer les salariés.
 
Aujourd’hui, nous notons, dans le cadre de la consultation du cahier revendicatif CGT du premier semestre 2012, du secteur, ouvert à tous les salariés sur tout le territoire que : les auxiliaires ambulanciers et les DEA sont unanimes pour clamer que la réglementation qui régit le travail n’est plus en adéquation avec la pratique actuelle sur le terrain :
 
65 % désirent garder certaines tâches annexes pour valoriser leur salaire, desquels 81 % souhaitent voir disparaitre, principalement, les fonctions de taxi, la mécanique, le transport de corps et la livraison de matériel médical, sur la durée du travail,
70 % des ambulanciers veulent voir disparaitre le coefficient de pondération (75 % permanence et 90 % hors permanence) et veulent 1 heure travaillée = 1 heure payée (pause et temps de repas compris). 42 % de ces derniers souhaitent une simplification du calcul du temps de travail.
 
Une amplitude de 10 heures maximum hors permanences est réclamée par 48 % de l’ensemble des salariés. 54 % de ces derniers ne changeraient pas l’amplitude de 12 heures des permanences, le cycle et la modulation du temps de travail sont rejetés par 75 % des salariés et 81 % revendiquent un calcul hebdomadaire de leurs heures, la moitié des salariés sont satisfaits des 11 heures de repos entre 2 amplitudes, à la condition que celles-ci soient appliquées. 73 % des non satisfaits demandent un temps de repos de 12 heures, une grande majorité des salariés du transport sanitaire (80 %) n’accepte plus les 20 minutes de pause au bout de 6 heures de travail consécutif et, légitiment leur demande en argumentant qu’un temps de conduite, que ce soit en VL ou en PL, a les mêmes effets de fatigue et qu’un temps de pause toutes les 4 heures serait plus judicieux et à favoriser, sur les pauses repas, les indemnités et leurs modalités d’attribution sont devenues dérisoires, voire inexistantes pour 91 %.
 
Nos arguments sur le fait d’avoir 1 heure minimum obligatoire de temps de repas et que celle-ci soit entre 11h et 14h, est toujours d’actualité et réclamée par plus de 65 % des ambulanciers, les IDAJ (Indemnités de Dépassements d’Amplitudes Journalières) sont à revoir complètement pour 76 % de la profession.
 
Une proposition d’indemnité forfaitaire de 90 € bruts pour un dépassement jusqu’à 2 heures au-dessus de l’amplitude maximum (12 heures) est de 270 € bruts au-delà des 2 heures est approuvé à 91 %.
 
Ceci peut paraître exorbitant mais il y a un réel danger à travailler au-delà de 12 heures : risque de fatigue, risque d’erreur de conduite à tenir lors des interventions. Cette indemnité, non dégressive, obligerait l’employeur à faire attention au dépassement d’amplitude, une majoration du travail de nuit et les week-ends est largement supportée par 90 % des ambulanciers, sur le contrôle du temps de travail, ils sont mitigés : 78 % sont pour la pointeuse.
 
La peur de l’espionnage sur la route a motivé le refus du chrono tachygraphe numérique à 65 %, quant aux revendications sur les salaires, un minimum de :
1.900 €bruts/mois pour les Auxiliaires Ambulanciers.
2.000 €bruts/mois pour les Diplômes d’Etat Ambulanciers sont largement revendiqués et justifiés en raison des formations qualifiantes et obligatoires et des contraintes liées au métier.
Cette consultation ouverte aux syndiqués, aux salariés a permis de porter le débat et de répondre au plus près des besoins revendicatifs des salariés.
Le collectif ambulanciers de la Fédération va s’attacher à retranscrire cette photographie sur le cahier revendicatif de la CGT.
 
L'ambulancier N- 39
par cgtst2n
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Articles récents