Rupture conventionnelle, délai pour agir en justice

Publié le par Cgt-Juridique

Rupture conventionnelle : quel délai pour agir en justice en cas de fraude de l’employeur ? Lorsque l’employeur a conclu une rupture conventionnelle pour éviter la mise en place d’un PSE, le délai d’un an pour agir en justice est reporté à la date à laquelle le salarié a eu connaissance de cette fraude. Toute rupture conventionnelle homologuée du contrat de travail peut être contestée devant le conseil de prud’hommes. Selon l’article L 1237-14 du Code du travail, le recours doit être formé avant l’expiration d’un délai de 12 mois, à compter de la date d’homologation de la convention par l’administration. Ce délai d’un an est-il applicable en cas de fraude de l’employeur, notamment lorsque ce dernier recourt à la rupture conventionnelle afin de se soustraire à la mise en place d’un plan de sauvegarde de l’emploi ? Oui, répond la chambre sociale de la Cour de cassation, tout en apportant les deux précisions suivantes. Premièrement, la prescription d’un an doit être écartée si la fraude a eu pour finalité de permettre justement l’accomplissement de cette prescription, ce qui n’était pas le cas en l’espèce. Deuxièmement, la fraude a pour effet de reporter le point de départ du délai de prescription au jour où celui qui l’invoque en a eu connaissance. En conséquence, la Haute Juridiction approuve les juges du fond d’avoir jugé en l’espèce irrecevable, car prescrite la demande en annulation de la rupture conventionnelle du salarié, après avoir constaté que la fraude de l’employeur lui était connue le 16 juillet 2009, soit à la date du jugement du TGI de Valence s’étant prononcé sur la validité du PSE, et que l’intéressé avait introduit son action en justice le 28 décembre 2011. D Arrêt du 22 juin 2016 - Rupture

Publié dans Juridique

Commenter cet article