Droit routier: droits et devoirs des cyclistes

Publié le par Cgt-Juridique

Q : Maître, les cyclistes sont-ils soumis aux mêmes règles que les autres utilisateurs de la route?

Me Antoine RÉGLEY : Même si la pratique quotidienne de la route pourrait laisser penser le contraire, les cyclistes doivent effectivement respecter le code de la route que nous connaissons. Il convient cependant de nuancer le propos par quelques exceptions. Ainsi, le cycliste ne peut être puni pour un excès de vitesse, seuls les véhicules à moteur étant incriminés.

Q : Un cycliste qui dispose, par ailleurs, d’un permis à points, peut-il perdre son permis pour des infractions commises sur son vélo?

Me Antoine RÉGLEY : La rumeur dit que le vélo permet d’échapper à une peine d’amende, à des poursuites ou à une suspension du permis. C’est faux. Le permis de conduire peut être suspendu. Des amendes peuvent être prononcées. En revanche, les infractions constatées n’entraînent pas de perte de point. C’est à signaler.

Q : Comment bien partager la route avec un cycliste ?

Me Antoine RÉGLEY : Le cycliste est fragile. Certains comportements en ville me font froid dans le dos. Chacun doit être responsable. Le cycliste doit respecter les priorités. Cela me semble indispensable. Que ce soit de jour ou de nuit, il doit avoir un équipement lui permettant d’être visible. Des amendes sont prévues dans le cas contraire. L’automobiliste doit anticiper, être vigilent. Pour fluidifier le trafic, certaines villes ont mis en place un système, au carrefour, où le cycliste a un feu dédié, qui ne doit pas être calé sur celui des autres véhicules. Ainsi, le cycliste souhaitant tourner à droite, et devant couper une voie de bus, ne pourra plus être en danger puisqu’il sera le seul à pouvoir circuler.

Publié dans Juridique

Commenter cet article